AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Désormais, merci d'envoyer un MP (soit via Alan, soit via Chaat ou via Sealiah) pour que l'on vous ajoute dans une chambre. Vous ne pouvez pas la choisir, sauf si vous expliquez pourquoi vous voulez réellement vous retrouver dans telle chambre.
Nous recherchons activement et en priorité des Hunters. Alan
Les fiches pouvoirs viennent d'être ajoutées et elles sont obligatoires ! Vous devez créer et remplir celle de votre personnage !

Ayant beaucoup trop de personnages dans les Immortals et pas assez dans les autres catégories, les Immortals sont fermés temporairement ! Nous vous demandons donc de privilégier les Magical Creature, les Hunters, les Paranormal et les Magician ! Merci ! :D Alan

Partagez|

Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Chaat
Adminounet
Adminounet
avatar
Messages : 347
Age : 21
Localisation : In my dream
Date de naissance : 13/02/1997
Date d'inscription : 19/01/2013

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 119 canines
Armes :
Surnom: Minou
MessageSujet: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Mar 15 Sep 2015 - 22:30


Fuyons le quotidien...

Chaat n’était pas sortit depuis un moment. Il avait eu quelques problèmes dans l’établissement qui méritaient beaucoup d’attention. Il se souvenait encore de la tête d’Eléa quand il avait vu Roku à moitié mort sur le seul lit de son infirmerie. Ou encore Sea arrivé avec encore des gens amochés juste parce qu’ils avaient soit disant dit que Chaat avait un plutôt beau cul. Non, clairement, il n’avait pas eu le temps de sortir de son infirmerie.  Il soupira. Il avait plutôt froid si bien qu’il rajusta son cuir sur son cou et enfouit doucement son nez dedans, soufflant à l’intérieur comme pour se réchauffer. Voilà où la seule fois où il avait l’occasion de sortir le froid pointait le bout de sa truffe. Il n’était pas frileux, loin de là, ais un peu de soleil n’aurait pas été mal non plus… Il marcha. Lentement mais surement. Il ne savait pas où il voulait aller et puis cela lui importait peu. Tout ce qu’il voulait c’était être loin de l’école. Loin des problèmes et des : « Je peux avoir un pansement ? ». Chaat en avait un peu assez. Il ne se souvenait pas avoir eu envie de devenir médecin pour mettre des pansements à des filles qui s’ouvrent légèrement avec une feuille de leur cahier de cours. Il leva les yeux en repensant à cet épisode survenu un peu avant qu’il ne parte. Non, il avait vécu bien pire que ces petites coupures… Et en même temps, cela le rassurait de ne pas à avoir à soigner avec le matériel de l’époque les élèves pour les mêmes raisons disons.

Il mit un peu plus de vitesse dans ses pas, prenant soin de regarder chaque endroit où il posait le pied. Il aurait bien aimé qu’il y ait un peu de neige, mais ce n’était pas la saison. Cela lui fit perdre le peu de sourire qu’il avait. Il aimait se balader en chat dans la neige, sentir ses petites pattes rentrer doucement dans ces étendue de blanc froid. Il n’était pas normal, oui, il savait, mais il aimait ça. Poser le pied là où personne avant lui n’en n’avait eu la chance. Finalement, son sourire reprit sa place. Il continua de marcher, les yeux fermés, comme pour voir où mènerait ses pieds. Quand il les rouvrit, il avait comme totalement changé d’endroit par rapport à l’instant précédent. Il n’avait pas marché beaucoup et pourtant. Il regarda autour de lui. Rien. Comme s’il avait totalement changé de lieu en quelques enjambées. Il ouvrit grand les yeux, surprit. Puis, finalement, haussa les épaules et se remit à marcher. Tant qu’il retrouvait son chemin une fois sa balade terminée, il n’en avait pas grand-chose à faire. Son cuir correctement sur ses épaules, ce fut au tour de son jean de se faire la malle. Il le remonta d’un geste rapide et se dandina sur place une seconde. Si quelqu’un l’avait vu à présent, il aurait pu croire qu’il dansait en pleine allée. Mais non, il remettait juste son pantalon ! Il se mit à rire à cette idée. Tout seul, il rit, dans les chemins de Sekuen. Il espérait franchement qu’il n’y aurait personne ici. Il n’avait pas vraiment envie de parler ou même de voir quelqu’un d’autre. Pour une fois, il avait envie d’être seul.

Il leva les yeux vers le ciel et soudain, il sentit la neige lui tomber sur les joues. Non ! De la neige ? En plein mois de septembre ! Le mois de la rentrée des classes ! Voilà qu’il se mettait à neiger ! Il devait rêver… Oui, probablement rêver. Il ne voyait pas d’autres explications. Mais en même temps, il n’avait pas vraiment le moral à chercher des excuses ou des explications à cette neige fraiche tombant lentement du ciel comme s’il pleurait. Il voulait juste profiter. Lui qui aimait tant ce blanc. Il s’assit, à même le sol, comme si le goudron froid lui servait de banc. Il garda les yeux fermés un instant vers le ciel et quand il les rouvrit, la sensation de froid lui manquant, un soleil avait fait son apparition dans son champ de vision et le blanc avait disparu. Étrange… Avait-il rêvé finalement ? Probablement oui… Le voilà donc, assit en plein milieu de cette allée, les mains dans les poches de son ciré, la tête vers le ciel. Il se dit que finalement, il avait peut-être besoin de repos. Oui, il rentrerait peut-être dormir dans un moment. Mais pour l’instant, c’était étrange, mais il se sentait attiré par le sol. Comme s’il lui demandait de rester là. De ne pas bouger d’un pouce. Il obéit donc à cela comme s’il n’avait pas le choix et il vit même un petit chat tigré passé dans la rue. Il sourit un peu plus et tendit la main pour le faire approcher. Il se sentait proche de ces bêtes depuis qu’il en était lui-même devenu une. Et comme s’il avait sentit l’esprit félin de l’infirmier, le chaton s’approcha en trottinant. Chaat le prit dans ses bras et se mit à le caresser. Il devait vraiment passer pour un clodo assit sur un trottoir caressant un chat. Celui-ci se cala dans ses bras et se mit à ronronner. Doucement, Chaat le frotta entre les deux oreilles. Il était bien là. Finalement, il avait bien fait de sortir de l’établissement pour une fois. Il avait fait une nouvelle rencontre et peut-être que la prochaine fois qu’il aurait envie de chasser, le chat qu’il tenait viendrait avec lui. Il apprendrait peut-être de lui et inversement. Il se mit encore à sourire, dévoilant ses dents blanches dans ce magnifique temps. Le soleil lui tapait sur la tête, et il savait mieux que quiconque que les insolations étaient bien énervantes, mais il n’avait absolument pas la foi de bouger et encore moins de partir. Il tenta donc d’oublier son quotidien et continua de caresser ce petit être qui dormait à présent dans ses bras…




________________________


«Il faut vivre son rêve et non rêver sa vie.»

«Ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekuen-seruki.forumactif.com/t669-chaat-passe-la-porte-du
Loiz Klaus
Mutant Spieces
Mutant Spieces
avatar
Messages : 73
Age : 22
Localisation : Le lieu de rencontre
Date de naissance : 24/07/1996
Date d'inscription : 20/08/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 19 ans
Armes :
Surnom: Lolo
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Mar 5 Avr 2016 - 18:09







Prendre l'air
Feat Chaat



Je m’étais enfin installé dans ma chambre. J’avais fait la connaissance d’un de mes colocataires ce qui était bien. Il me semble que c’est cinq personnes maximum dans une chambre. C’est dommage…Soa ne sera pas dans la même chambre que moi…
Maintenant que je suis reposé. J’ai décidé de visiter un peu les locaux. C’est immense. Même quelqu’un avec un sens de l’orientation fantastique pourrait se perdre. Il y a des portes partout, des couloirs dans tous les sens et des escaliers à perte de vue. Je ne souhaite qu’une chose, sortir d’ici et respirer de l’air frais.  Je regarde de temps à autre par les fenêtres pour essayer de savoir où je me trouve. Le deuxième étage, il faut que je descende encore. C’est ce que je fis et une fois au rez de chaussée, j’ouvre l’immense porte d’entrée de Sekuen.
Le vent froid fouette mon visage et je ferme les yeux. Je ne porte pas mon cache œil. Je ne l’ai pas remis. Je n’en ai pas besoin de toute façon puisque mes yeux sont gris. Je suis complètement habillé de noir avec un pantalon noir et mon tee-shirt large préféré. Je porte mes baskets aussi, c’est plus pratique pour se balader.
Je regarde encore autour de moi. Mais ils peuvent accueillir combien de personne ici ? C’est insensé comme c’est grand… On pourrait sans problème y mettre une trentaine de cheveux… Voir plus. Je regarde à gauche, puis à droite, et me dirige vers la gauche. Voyons voir. Tout autour de Sekuen, il y a une énorme forêt plutôt sombre, c’est part là que je suis arrivé. Il y a le parc et des pavillons. Je m’approche de l’un d’entre eux quand il commence à neiger. Je lève les yeux vers le ciel et m’arrête un instant, observant les flocons tomber du ciel. Je tends la main pour en accueillir un dans ma paume. Bien sûr, il fond automatiquement.
Je me remets à marcher. Je n’ai jamais vu cet endroit de Sekuen. Le bâtiment donne une impression agréable. On n’a pas l’impression que cela soit hanté par un esprit maléfique ou n’importe quelle autre créature étrange et surnaturelle. Je commence à m’avancer vers le bâtiment quand je vois que je ne suis pas seul. Le neige s’est arrêtée de tomber. Un homme, blond, ayant l’apparence d’un jeune homme de vingt ans environ est par terre. Je m’approche et le voit caresser un petit chat. Je m’arrête à quelques mètres de lui et l’observe en silence. Le chat est vraiment mignon.

© Jawilsia sur Never Utopia


________________________


Lui:
 

J'écris en : #CC3333



Dernière édition par Loiz Klaus le Sam 9 Avr 2016 - 11:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaat
Adminounet
Adminounet
avatar
Messages : 347
Age : 21
Localisation : In my dream
Date de naissance : 13/02/1997
Date d'inscription : 19/01/2013

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 119 canines
Armes :
Surnom: Minou
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Ven 8 Avr 2016 - 13:50


Fuyons le quotidien...

La neige était tombée, lentement, surement, sur les cheveux jaunes de Chaat et lui avait donné une sorte de frisson quand l’un des flocons s’étaient posés tout contre sa nuque. Il s’était assit, devant le pavillon Sud, réputé pour sa clarté et sa chaleur. Il aurait aimé rentrer dans cet endroit, mais là, immédiatement, il avait complètement la flemme de bouger du sol froid et dur de béton.  Il ferma les yeux un instant et un chat vint se frotter contre ses jambes. Il avait eu une certaine connexion avec ces félins dès l’instant où lui-même en était devenu un. Il le prit dans ses bras et se mit à lui frotter entre les deux oreilles. Il le savait, pour un chat, c’était le summum de bonheur. Cet endroit était particulièrement sensible et cela le faisait ronronner à chaque nouvelle pression. Il se mit ensuite à sourire et la neige se stoppa comme elle était venue, comme si elle n’avait jamais existé. Chaat ferma de nouveau les yeux et pensa un instant à s’allonger complètement sur le sol mais n’en fit rien. Si jamais quelqu’un passait par là, il le prendrait surement pour un fou, et il ne voulait pas cela. Quand il ouvrit de nouveau les yeux, il papillonna un instant et le chat miaula. Souriant, il passa sa main sur le dos du félin qui releva son arrière train comme pour signifier qu’il ne voulait en aucun cas que cette caresse se termine. Il se mit en tailleur, posant le félin dans le creux de ses jambes et s’appuya sur ses mains, derrière son dos. Il le va la tête vers le ciel, souriant. Il se sentait plutôt bien aujourd’hui, aucun tracas, aucun problème, l’infirmerie fermée. Et maintenant, il le savait, il allait avec une collègue et cela allait beaucoup l’aider. Il ne serait plus seul à endosser ce rôle, il ne serait plus seul à rusher tous les jours pour subvenir aux besoins fictifs ou non des nombreux élèves présents dans l’établissement. Il ouvrit la bouche pour parler et finalement se ravisa en découvrant une présence près de lui. Un homme, aux cheveux blancs, tout habillé de noir, se tenait là, droit comme un piquet, le fixant. Chaat se sentit immédiatement gêné. Depuis combien de temps était-il là ? L’avait-il aperçu depuis qu’il était assit ? Pourquoi ne l’avait-il pas sentit ? Il devait probablement être trop concentré ou justement, pas assez. Il avait négligé ses défenses. Après tout, il ne savait pas de qui il s’agissait. Il posa sa main sur son menton, réfléchissant un instant. Ce regard fixe lui fit baisser les yeux un moment. Que voulait-il ?

Chaat ne bougea pas de sa position. Il resta là, droit, assit sur le trottoir de l’allée, les fesses dans l’herbe, le chat sur les genoux et les bras derrière son dos pour soutenir son poids. Allait-il parler ? Il soupira rapidement et se redressa posant ses coudes sur ses genoux. Le tigré miaula entre ses jambes et se repositionna correctement. Il était tout de même bien rare qu’un chat errant se trimballe dans les allées de Sekuen. En général, ils sentaient que ce n’était pas un endroit comme les autres, ils sentaient l’énergie se dégager des remparts de l’établissement et s’abstenaient de poser les pattes par ici. Et pourtant, il avait bravé l’interdit. L’homme devant lui n’avait toujours pas bougé et Chaat le trouvait de plus en plus étrange.

_ Tu cherches quelque chose ?

Sa question avait instinctivement prit la formule du tutoiement. Ici, tout le monde le connaissait, en bien ou en mal. Tout ce qu’il savait pourtant, c’était que le visage de ce jeune homme ne lui disait franchement rien. Un nouveau ? Voilà longtemps qu’ils n’en avaient pas vu. Chaat sourit, tentant d’apaiser l’air, l’ambiance qui s’était d’elle-même imposée.

_ Tu as besoin d’aide ?

Il pencha la tête sur le côté, posant sa main droite sur la fourrure rousse du félin sourit, dévoilant de légère canine d’animal. Il replaça d’un mouvement d’épaule sur cuir et attendit que l’autre daigne lui répondre.  




________________________


«Il faut vivre son rêve et non rêver sa vie.»

«Ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekuen-seruki.forumactif.com/t669-chaat-passe-la-porte-du
Loiz Klaus
Mutant Spieces
Mutant Spieces
avatar
Messages : 73
Age : 22
Localisation : Le lieu de rencontre
Date de naissance : 24/07/1996
Date d'inscription : 20/08/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 19 ans
Armes :
Surnom: Lolo
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Sam 9 Avr 2016 - 11:20







Un petit chat...
Feat Chaat



Il ne me remarque pas tout de suite. Ce qui ne m’étonne pas vraiment. Quand je ne bouge pas, on ne me voit pas. C’est toujours Soa qui me permettait de vraiment me faire remarquer. Et comme je n’aime pas trop parler bah…ça n’aide pas vraiment. Quand il me remarque, je sens qu’il est gêné et ça me gêne aussi. Il faut peut être que j’arrête de le fixer… Je détourne le regard à contre cœur. Je le trouvais mignon le petit chat. Il est tout roux, tout mignon.

- Tu cherches quelque chose ?

Je repose mon regard sur lui. Il m’observe. Je cherche quelque chose ? Non…je me balade juste. Je devrais peut être le dire à voix haute… ce serait plus utile…Je me désespère vraiment parfois. Sans Soa, je ne suis vraiment capable de rien. Il est ma part sociable. Je ne suis qu’une moitié, je ne suis vraiment moi que quand il est présent. Et je n’arrête pas de penser à lui.

- Tu as besoin d’aide ?

Je me concentre à nouveau sur lui et secoue la tête pour enfin « répondre » à ses questions. Je ne suis vraiment pas doué. C’est un jeune homme blond avec des yeux de la même couleur. C’est un peu étrange mais je ne peux pas trop parler avec mes cheveux blancs… Je pose mon regard sur le petit chat qui ronronne entre ses jambes. J’ai envie de le caresser. Je tends la main pour montrer la place à côté de lui. Il va me trouver bizarre mais je pense que c’est déjà trop tard de toute façon.

- Je peux ?

Avant même qu’il me donne la permission, je m’approche et m’installe à côté de lui. Je regarde le chat et tend doucement la main vers sa petite tête pour qu’il me sente et prenne confiance. Il redresse la tête et sent ma main mais, comme je m’y attendais, il se recule, méfiant. Ce sang de démon… Il me crache dessus et s’enfuit des jambes de l’homme. Je le regarde s’enfuir, mon visage est inexpressif mais je suis déçu.

- Pardon…Je voulais juste…

Je baisse la tête. J’aime bien les chats mais ils ne m’aiment pas vraiment… Mon odeur leur fait peur et je comprends pourquoi. L’homme devait être bien avant lui et je lui ai gâché son plaisir. Je pensais juste que comme il était venu jusqu’ici, il aurait le courage de se laisser caresser par un démon mais non, il y a des limites à tout, après tout. Cependant, je reste assis, immobile.

© Jawilsia sur Never Utopia


________________________


Lui:
 

J'écris en : #CC3333



Dernière édition par Loiz Klaus le Mar 12 Avr 2016 - 10:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaat
Adminounet
Adminounet
avatar
Messages : 347
Age : 21
Localisation : In my dream
Date de naissance : 13/02/1997
Date d'inscription : 19/01/2013

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 119 canines
Armes :
Surnom: Minou
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Lun 11 Avr 2016 - 13:37


Fuyons le quotidien...

Pour une fois qu’il était sortit de son infirmerie, il le faisait sous forme humaine. En ce moment, c’était assez étrange, mais il n’avait pas vraiment envie de se changer en chat. Et pourtant, c’était clairement dans sa nature, dès qu’il voyait un oiseau, il avait l’affreux démangeaison de le chasser. A chaque fois qu’il observait un chien, celui-ci se mettait à aboyer comme s’il avait vu le chat en lui. Il soupira, posant sa main contre la tête du félin entre ses jambes. L’homme n’avait toujours pas bougé. Il était droit sur ses jambes, le fixant. Enfin, il pensait. Peut-être était-ce simplement une hallucination de la part du médecin. Mais il en doutait. Il secoua la tête et posa sa première question. Il semble réfléchir à ce qu’il souhaite réellement répondre. Ou alors, est-il timide ? Chaat sourit, voulant détendre l’atmosphère. Il cherchait encore ses mots. Ou alors, était-il muet ? Beaucoup de questions se bousculèrent dans l’esprit du blond et il posa sa deuxième question, voulant aider l’expression du jeune homme. Encore une fois, aucune réponse juste un mouvement de tête. Chaat soupira de nouveau. Quand, finalement, il ouvrit de nouveau les yeux pour regarder l’homme, il tendait la main vers le trottoir à côté de lui. Il lui demanda s’il pouvait s’asseoir là. Chaat tourna la tête vers l’endroit pointé et ouvrit la bouche pour répondre qu’il pouvait faire ce qu’il voulait, mais avant même qu’il n’en eu le temps, il s’était déjà assis à ses côtés.

Ses yeux étaient rivés sur le chat tigré entre les jambes du blond. Cela se lisait dans ses yeux, il avait l’irrésistible envie de le caresser. Chaat pouvait le sentir ça aussi. Et pourtant, une aura étrange émanait de cet homme. Comme s’il avait été démoniaque. Les poils de sa nuque se hérissèrent quand il rapprocha sa main du félin. Définitivement, il n’était pas normal. Mais après tout, lui non plus ne l’était pas. Tout était une question de point de vue. Communément, il était un homme avec une baguette magique qui lance des sorts. Il rit intérieurement à cela et baissa les yeux. Puis, alors qu’il ne s’y attendait certainement pas, il approche sa main du chat entre les jambes de l’infirmier, passant le cap. Le tigré releva le museau pour venir sentir la main tendue mais chiffe avant de s’enfuir et de se cacher dans le buisson plus loin. Il chiffe de nouveau et se poste en position de défense, ou d’attaque, Chaat ne voyait pas très bien.

- Pardon…Je voulais juste…

Chaat ne lui en voulait pas, vraiment. Ce n’était pas la fin du monde après tout. Il lui sourit, fermant à présent ses jambes, les talons sur le béton. Il plaça ses mains dans ses poches et leva de nouveau les yeux vers le ciel qui était devenu gris, presque blanc.

_ T’inquiètes, c’est pas grave. Il fait sa vie après tout. Je ne suis pas son maître. Il trainait juste, un peu comme moi.

Il le tourna le visage vers lui et lui offrit son plus beau sourire. C’était un chat après tout, et s’il voulait vraiment en caresser un, il aviserait par la suite. Pourtant, il avait peur de se changer et d’avoir, comme son confrère, peur de cet homme dont il ne connaissait rien. Un démon, c’était certain. Il le sentait à présent.

_ Tu es nouveau ici ?

Les présentations arriveraient, chaque chose en son temps. Il ne voulait pas avoir à faire à quelqu’un d’inconnu au campus. Même si, au fond, cela ne le dérangeait pas forcément. Il garda son sourire et enfonça ses mains un peu plus dans ses poches.
 




________________________


«Il faut vivre son rêve et non rêver sa vie.»

«Ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekuen-seruki.forumactif.com/t669-chaat-passe-la-porte-du
Loiz Klaus
Mutant Spieces
Mutant Spieces
avatar
Messages : 73
Age : 22
Localisation : Le lieu de rencontre
Date de naissance : 24/07/1996
Date d'inscription : 20/08/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 19 ans
Armes :
Surnom: Lolo
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Mar 12 Avr 2016 - 10:55







Des efforts et un progrès
Feat Chaat



La chat s’était enfuit sous un buisson et m’avait encore craché dessus… Je n’aime pas vraiment ça… et je me sens mal de lui avoir gâcher son plaisir. Mais l’homme blond me sourit et met ses mains dans ses poches. Je m’installe donc en tailleur sur le béton près de lui, et place mes mains au centre de mes jambes. Je regarde l’herbe fraiche et mouillée par la neige, silencieux.

- T’inquiètes, c’est pas grave. Il fait sa vie après tout. Je ne suis pas son maître. Il trainait juste, un peu comme moi.

Je tourne la tête vers lui. Il ne m’en veut pas. Tant mieux ! J’aurais aimé pouvoir caresser un peu le petit chat mais bon. Il va bien falloir que je me fasse à l’idée un jour. Je n’ai jamais réussi. L’homme me fait un grand sourire et un petit sourire minuscule apparaît sur mon visage. Il me met à l’aise. Je repose mon regard sur l’herbe. Bon…bah comme d’habitude, je n’arrive pas à parler. Ça ne va surement pas changer de sitôt. Comme les chats.

- Tu es nouveau ici ?

Il me regarde toujours et je croise son regard. J’hoche doucement la tête, n’ayant toujours aucune expression sur mon visage. Allez Loiz. Un petit effort ! J’inspire donc profondément et marmonne d’une voix pas très audible.

- …Oui…Je suis arrivé hier…

Je me stoppe. C’est bon là non ? J’ai répondu à sa question, non ? Peut être que je devrais aborder un sujet…pour continuer la conversation… Je pousse un petit sourire et tourne la tête vers mon interlocuteur. Présente toi ! Ce sera un bon début. Il te met à l’aise alors autant faire un plus gros effort.

- Je…je m’appelle Loiz… Et toi ?

Je soutiens son regard, j’ai fait un sacré progrès quand même depuis ! Habituellement c’est Soa qui parle toujours ! Je suis fier de moi mais triste en même temps, je ne veux pas commencer à penser que je n’ai plus besoin de lui.

© Jawilsia sur Never Utopia


________________________


Lui:
 

J'écris en : #CC3333

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaat
Adminounet
Adminounet
avatar
Messages : 347
Age : 21
Localisation : In my dream
Date de naissance : 13/02/1997
Date d'inscription : 19/01/2013

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 119 canines
Armes :
Surnom: Minou
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Lun 2 Mai 2016 - 14:38


Fuyons le quotidien...

La neige s’était arrêtée depuis un moment quand Chaat soupira pour la première fois. L’homme s’était assit à côté de lui, en tailleur et semblait regarder ses mains. Il ne savait pas vraiment comment le prendre, ne voulait-il pas lui parler ? Juste s’asseoir près de lui ? Le ciel s’était éclaircit un peu quand Chaat soupira pour la deuxième fois. Le soleil narguait à présent les quelques nuages présents dans le ciel. Cela faisait une ombre légère près des deux hommes. En effet, on pouvait voir la forme du nuage s’inscrire sur le béton. Cela fit immédiatement sourire le blond. Parfois, il se demandait comment il avait bien pu se transformer en chat. Pourquoi un chat ? Il aimait beaucoup cette forme, mais cela aurait été encore plus cool s’il avait pu se changer en plusieurs animaux. Il sourit.
Le chat s’était enfui. Chaat n’était pas triste, il savait qu’il avait cette connexion avec les bêtes depuis qu’il en était lui-même devenu une. Il entendait les pensées de ce chat et il était maintenant sur que la personne qui venait de s’asseoir à ses côtés était un démon. C’était assez étrange. En tant qu’humain, il ne sentait absolument pas l’odeur. Il soupire un instant. Il sourit, tourne la tête vers l’homme et parle. Un sourire s’esquisse sur les lèvres de son interlocuteur, faible mais présent. Chaat se met en tailleur, faisant des mouvements de haut et de bas avec ses genoux. Il souffle et un nuage blanc s’étire devant lui. L’homme répond, il est bien nouveau, Chaat avait  raison. L’infirmier ferme les yeux en souriant puis lève la tête vers le ciel. Il repense à son arrivée ici. Il ne connaissait personne et s’était immédiatement dirigé vers l’infirmerie ne voulant avoir à faire à personne. Il sourit un peu plus, nostalgique. Maintenant, tout le monde le connait et il connait presque tout le monde. En même temps, son infirmerie est souvent plus remplie que les salles de classes. Il rit doucement, portant sa main à sa bouche. Il en veut surtout pas que l’homme aux cheveux blancs pense qu’il se moque de lui. Certainement pas. Il ouvre la bouche pour parler encore, mais il parle de nouveau, hésitant, tentant un petit sourire. Ils se regardent, Chaat reste surpris. Loiz. Il s’appelle Loiz. C’est étrange… Il sourit encore dans sa direction. Il dit ça, mais lui, c’est pire. Chaat, qui donnerait ce prénom à son enfant ? Il sourit puis penche la tête sur le côté puis tend une main vers sa nouvelle connaissance.

_ Enchanté Loiz, moi c’est Chaat !

Il voyait bien que le blanc avait fait des efforts. Chaat se demandait comment il pouvait être quand il n’en faisait pas. Il ne dit rien, le regardant toujours. Ses yeux sont d’un gris profond et cela attire quelque peu le blond. Il se penche vers lui, rapprochant son visage de lui. Il observe Loiz. Il se recule, ne voulant pas lui faire peur. Il sourit, puis ouvre de nouveau la bouche.

_ Tu visitais ? C’est grand tu sais… Je n’ai moi-même pas encore tout vu.

Il se mit doucement à rire, tournant le regard vers le pavillon sud derrière eux. Là aussi, il n’y était jamais allé. En un sens, il n’en avait pas vraiment eu le temps. Sea avait comme qui dirait botté le cul de la moitié des élèves et il avait du s’en occuper. Il soupira, désespérer, en repensant à cela. Qu’il était énervant parfois… Mais bon, s’il était là, il lui dirait probablement qu’il lui donnait simplement du travail, qu’il ne voulait pas que son chat s’ennui. Il ferme les yeux un moment, sourit puis regarde de nouveau Loiz, le sourire toujours vissé aux lèvres. Il se demandait s’il parlerait plus longtemps, plus longuement disons, avec Loiz. Il aurait aimé savoir d’où il venait, parler de choses et d’autres. Devenir… ami ?
 




________________________


«Il faut vivre son rêve et non rêver sa vie.»

«Ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekuen-seruki.forumactif.com/t669-chaat-passe-la-porte-du
Loiz Klaus
Mutant Spieces
Mutant Spieces
avatar
Messages : 73
Age : 22
Localisation : Le lieu de rencontre
Date de naissance : 24/07/1996
Date d'inscription : 20/08/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 19 ans
Armes :
Surnom: Lolo
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Mer 4 Mai 2016 - 23:33







Silence radio
Feat Chaat



Je lui explique que je viens d’arrivé ici et repose mon regard sur mes mains. C’est quand même super difficile de se faire des amis. Je n’arrive pas à parler spontanément. Mon naturel est silencieux. Soa n’a aucun souci pour cela. Sans lui, je reste seul. Je pourrais être seul, s’il était avec moi, mais sans lui c’est déprimant. Du coup, je me force à voir des gens, pour penser à autre chose et que l’attente soit moins dure. Qu’est ce qu’il fait en ce moment ? Est ce qu’il est perdu ? Est ce que les hunters l’ont attrapé ? Est ce qu’il est libre ? Il y a tellement de questions que j’aimerais poser, mais je sais que personne ici ne connaît les réponses.

L’homme rit doucement et je pose mon regard sur lui. Il semble vouloir parler mais je le coupe sans le vouloir. Voulant continuer la conversation, je lui dis mon prénom et son visage devient surpris. Qu’y a-t-il ? Je penche légèrement la tête sur le côté sans comprendre. Il sourit et penche aussi sa tête sur le côté, je redresse la mienne par automatisme et il tend une main vers moi.

- Enchanté Loiz, moi c’est Chaat !

Je regarde sa main un instant puis la prends dans la mienne pour la serrer. OK. C’est un bon début ! Chaat ? C’est spécial comme prénom. On dirait un pseudonyme. Mais je ne préfère pas lui demander. Je me trompe peut être et je n’aimerais pas qu’il réagisse mal à mon erreur. Il me regarde toujours puis s’approche subitement de mon visage. Je me tends. Quoi ? Qu’est ce que j’ai ?! Il m’observe en silence et je détourne le regard. Arrête ça… Et comme s’il entendait mes pensées, il se recule et me sourit encore.

- Tu visitais ? C’est grand tu sais… Je n’ai moi-même pas encore tout vu.

Il se met à rire et je pose à nouveau mes yeux sur mes mains serrées. Je me contente de hocher la tête. Ouais… encore silence radio, mais là c’est compliqué. Je parle de tout et de rien ! Et je trouve que j’ai déjà dit beaucoup de choses. J’observe l’herbe autour de moi et commence à m’amuser à arracher l’herbe. Je faisais souvent ça quand j’étais petit. J’étais très nerveux, je le suis toujours d’ailleurs, mais cela me permettait de me détendre. C’est comme un anti-stress. Puis je sens son regard sur moi et je tourne la tête vers Chaat. Il sourit, encore. Et moi je suis inexpressif, encore.

- Quoi ?

© Jawilsia sur Never Utopia


________________________


Lui:
 

J'écris en : #CC3333

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaat
Adminounet
Adminounet
avatar
Messages : 347
Age : 21
Localisation : In my dream
Date de naissance : 13/02/1997
Date d'inscription : 19/01/2013

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 119 canines
Armes :
Surnom: Minou
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Mer 25 Mai 2016 - 17:06


Fuyons le quotidien..

Il le détaillait un peu plus, cherchant à comprendre les raisons de son silence. A le regarder, on avait presque l’impression que Loiz ne se sentait pas à sa place à côté du sorcier. On aurait dit qu’il se sentait de trop. C’était l’impression qu’avait Chaat en tout cas. Lui faisait-il peur ? Ce n’était absolument pas ce qu’il voulait. Chaat pencha encore la tête sur le côté, presque de façon à avoir son oreille collé à son épaule. Il avait l’air complètement perdu. Il le ressent dans son expression, il le ressent dans sa façon de parler. On dirait qu’il n’a absolument pas l’habitude du contact humain. Chaat soupire un instant et se présente à son tour, un sourire immense sur le visage. Vaut mieux qu’il se sente à l’aise. Il tend sa main pour la lui serrer et attend un moment. Encore une fois, l’expression de son visage est étrange. On dirait presque qu’il n’a jamais fait ça. Pour autant, il ne bouge pas, l’encourageant par son sourire. Il hésite au début, puis la prend finalement dans la sienne. L’infirmier secoue doucement sa main et la reprend, la posant de nouveau sur sa cuisse. Il se penche vers lui, intrigué par ses yeux. Cela l’attire étrangement. Ce gris lui rappelle vaguement le gris de se cellule. Il baisse les yeux, souriant tristement. Non ! Il ne faut pas faire cela ! Il se reprend, regarde en face de lui.

Dans le buisson, le chat les regarde encore. Il entend ses pensées, comme s’il était relié à tous les félins de la planète. Paniqué, il lui demande de fuir, que l’homme est dangereux. Et pourtant, quand Chaat le regarde, il ne voit qu’un être perdu et silencieux. Il sait qu’il faut toujours être sur ses gardes quand on ne connait pas quelqu’un et pourtant, cet homme lui inspire une certaine confiance. Le chat chiffe de nouveau et s’approche d’eux, sur la défensive. Les deux félins se regardent, se cherchent et se parlent silencieusement. Chaat le reprend sur ses genoux, lui assurant que tout irait bien, qu’il ne fallait pas avoir peur et qu’au pire des cas, il serait là pour le protéger.

Il regarde rapidement Loiz et se recule avant de sourit encore. Il espère sincèrement que Loiz n’a pas vu ce petit moment de flottement dans son regard et dans son corps. Il parle encore. Détaillant l’endroit, caressant l’animal revenu, méfiant, entre ses jambes. C’est grand, incroyablement grand. Chaat rit. Encore une fois, il tente de détendre l’atmosphère. Il tente d’oublier le gris des yeux de Loiz. Il tente de voir vers l’avenir et d’oublier le passé. Il inspire à fond. Il le regarde de nouveau, observant ce qu’il était en train de faire. Il arrache de l’herbe ? Chaat soupire, se remettant en place, les deux mains derrière le dos pour soutenir son poids, les jambes en tailleur. Il tourne le regard, le posant devant lui.

_ C’est pas bien ce que tu fais.

Oui, il sait, il ressemble vraiment à un papi quand il dit cela, mais cela était trop tentant. Il aurait forcément eu envie de rajouter après cela qu’il n’aimerait pas qu’on lui arrache les cheveux, mais c’était tut, poussant tout de même un petit rire. Il ne se connaissait pas assez pour qu’il puisse se permettre ce genre de blague. Il sourit tout de même, le regardant de nouveau. Il l’entend dire un quoi qui n’a pas vraiment à voir avec sa dernière parole. Il soupire et rigole doucement. Il ne comprend pas sa question. Quoi quoi ? Il hausse un sourcil, penchant de nouveau la tête vers lui.

_ Quoi quoi ?

Il tend les jambes devant lui, se mettant à l’aise. S’il le faudrait, il aiderait Loiz. Il ne savait pas encore à quoi, mais encore une fois, il avait cette drôle d’impression de solitude, cette drôle d’impression d’enfermement intérieur. Il était bien placé pour comprendre ces symptômes et arrivait très facilement à les déceler. Il n’était pas médecin pour rien.






________________________


«Il faut vivre son rêve et non rêver sa vie.»

«Ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekuen-seruki.forumactif.com/t669-chaat-passe-la-porte-du
Loiz Klaus
Mutant Spieces
Mutant Spieces
avatar
Messages : 73
Age : 22
Localisation : Le lieu de rencontre
Date de naissance : 24/07/1996
Date d'inscription : 20/08/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 19 ans
Armes :
Surnom: Lolo
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Sam 26 Mai 2018 - 2:04







Dire ses sentiments
Feat Chaat



Mes doigts arrachent machinalement l’herbe verte. Mes yeux sont comme fixés au loin, regardant dans le vide. Mes pensées passent dans mon esprit me perturbant toujours plus concernant mon attitude. Je sais que je suis bizarre, on me l’a souvent répété, Soa aussi me l’avait souvent dit. « Décoince toi un peu ! Les gens ne sont pas tous méchants et porteurs de mauvaises volontés ! ». Certes, c’est vrai, ce n’est pas la raison pour laquelle je suis silencieux après tout. Je suis juste pas doué.
Mais je suis sortit de mes pensées par une phrase.

- C’est pas bien ce que tu fais.

Ce que je fais ? Je regarde ma main qui arrache l’herbe. C’est pas bien ? On ne m’a jamais dit que ce n’était pas bien… Je suis toujours perturbé, je sentais son regard sur moi, comme s’il m’étudiait et ça me met extrêmement mal à l’aise, me rappelant les sensations que j’avais ressenties en étant un cobaye de laboratoire. Ma question concernait son regard. Pas sa remarque sur ma manière de me relaxer du mieux que je le pouvais.

- Quoi quoi ? 

J’inspire profondément, essayant de faire passer mon message sans que rien ne soit pris de travers. C’est ma spécialité, d’être incompris, alors je me dois d’être clair sans être brutal… Ce qui est très difficile pour moi. Je dis donc d’une voix hésitante.

- J-je...votre regard… me met un peu mal à l’aise alors… s-si j’arrache l’herbe… c’est pour me détendre… en fait.

Je baisse les yeux et lâche les brins d’herbe pour me mettre à tripoter le bas de mon tee-shirt. Si cette manière le dérange alors je vais juste en trouver une autre. Je sais qu’il est gentil. Il ne m’a rien dit qui pourrait me blesser, il n’est pas partit non plus, il essaye juste de créer une conversation pour...apprendre à me connaître ? C’est ça ? Je ne vois pas trop pourquoi il ferait ça… je ne suis pas vraiment intéressant…et puis j’ai pas vraiment le genre de vie qui me permet d’en parler tranquillement sans problèmes… Il faudrait peut être que je le prévienne ? À moins que ça le déçoive si je dis ça ? Mais je n’ai pas trop le choix ! Après tout ce sont mes sentiments… Je me tourne doucement et courageusement vers lui pour lui dire ce qu’il faut qu’il sache.

- Je...Je suis désolé… je ne vais pas être...capable...de vous en dire beaucoup sur moi… 

Si tu lui dis ça, ça va encore plus l’intriguer ! Explique toi un peu plus !

- Il...y a beaucoup de chose… dont je n’ai pas envie de me souvenir... 

Je soupire, heureux d’avoir réussi à transmettre exactement ce que je voulais lui dire. Je suis fier de moi. Mais le problème que je viens de poser c’est que ça va être difficile de continuer la conversation… Mince… je suis désolé… Je lui lance un regard qui en dit long sur mes sentiments et reprend inconsciemment mon arrachage d’herbe.

©️ Jawilsia sur Never Utopia


________________________


Lui:
 

J'écris en : #CC3333

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaat
Adminounet
Adminounet
avatar
Messages : 347
Age : 21
Localisation : In my dream
Date de naissance : 13/02/1997
Date d'inscription : 19/01/2013

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 119 canines
Armes :
Surnom: Minou
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Dim 27 Mai 2018 - 3:47


Fuyons le quotidien...

Tout deux assit sur le sol froid et dur, le silence semblait régner entre eux comme une évidence. Tout autour d’eux avait retrouvé de la lumière t de la chaleur avec le retour du soleil. C’était comme si Loiz, en arrivant, avait chassé les nuages de neige pour laisser place au soleil. C’était très une sorte d’antiphrase que de dire ça car le jeune homme était aussi blanc que la neige et aussi silencieux que les flocons qui tombent les uns après les autres. Le chat avait maintenant élu résidence sous le buisson un peu plus long et semblait regarder Chaat d’un œil étrange. Il devait probablement se demander comment faisait-il pour rester aussi près d’un démon aussi longtemps. Il était vrai que les poils de la nuque de l’infirmier s’était légèrement hérissé quand Loiz avait pris place à côté de lui, mais cela avait stoppé aussi tôt qu’ils avaient commencés à parler. Comme si la parole lui avait donné instantanément confiance en lui. C’était très étrange…

Puis, alors qu’ils étaient dans un silence lourd, Chaat tourna les yeux et observa Loiz arracher de l’herbe avec ses doigts. Il lui fit remarquer que cela n’était pas bien. Il se mettait à la place de tout. Chaat, de par son pouvoir étrange avait une sorte de connexion avec la nature. Il semblait lire à peu près dans tout. Moins bien dans l’humain cependant. Il se retint de lui comparer son geste  avec le fait qu’on lui tire ou arrache les cheveux. Il n’était pas son père après tout. Mais cela le rendait mal à l’aise. Loiz sembla gêner ou… mal à l’aise également. Il ne savait. Mais il ne tarda pas à le savoir car il lui fit remarquer. Le regard de l’infirmier le mettait mal à l’aise et il cherchait à se détendre. Chaat ouvrit grand les yeux. Il n’aurait jamais imaginé se détendre en arrachant de l’herbe mais bon. Lui, il respirait calmement en fermant les yeux. Chacun sa méthode comme on dit.

Il sembla gêné et tritura le bas de son t-shirt pour compenser puis s’excusa. Il s’excusa ? Chaat attendit la fin de sa phrase pour comprendre les raisons et finalement, il sourit quand il eu cela. Il n’avait rien à dire. En gros. Ou il ne voulait pas parler de lui ? Chaat n’avait pas l’intention de lui jouer les psys, d’abord parce qu’il détestait ces personnages mais d’une autre part parce qu’il n’était absolument pas qualifié pour faire ce travail. Si Loiz avait envie de parler de lui, il le ferait. Dans le cas contraire, il parlerait peut-être juste de la neige ou de la température. Peu lui importait, mais cela lui faisait du bien de parler d’autres chose que de pansement ou de blessure. Il n’avait pas l’intention, pour le moment, de lui révéler qu’il se trouvait être l’infirmier de l’établissement. Il ajouta ensuite qu’il y avait beaucoup de chose dont il n’avait pas envie de se souvenir. Chaat baissa la tête tristement. Ils étaient deux. Chaat aurait préféré ne jamais naitre dans un certain sens. L’histoire avec son frère, avec celui qui avait voulu le sacrifier pour récupérer sa femme. Avec sa vie au combien difficile. Il préférait à présent, ne plus y penser. C’était, de l’histoire ancienne.

_ La vie peut-être parfois très cruelle… Mais je me dis qu’il faut passer par ces épreuves pour forger ce que nous sommes. Elles nous rendent plus fort en un sens. Enfin, c’est mon point de vue.

Il sourit tristement à nouveau.

_ Nous n’avons pas besoin de nous souvenir, mais juste de nous rappeler qui nous sommes. Le passé appartient au passé. A présent, regardons le futur. C’est la plus important.

Il regarda Loiz en souriant encore.

_ Mais qui suis-je pour te dire ça ahah ! Mon frère est un enculé de première qui cherche à me tuer, mes parents sont des connards qui ont fait ce qu’est mon frère. Enfin, compliqué. [il secoua la main]J’ai failli mourir comme sacrifice pour un tarré, j’ai déçu un nombre incalculable de gens… J’ai longtemps vécu seul à cause de ce que j’étais. Un sorcier.

Le chat tigré revint doucement vers Chaat et se frotta à son dos. On aurait pu penser que la présence du sorcier avait attisé l’aura du démon. Tant mieux, Loiz pourrait peut-être caresser le matou.





________________________


«Il faut vivre son rêve et non rêver sa vie.»

«Ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekuen-seruki.forumactif.com/t669-chaat-passe-la-porte-du
Loiz Klaus
Mutant Spieces
Mutant Spieces
avatar
Messages : 73
Age : 22
Localisation : Le lieu de rencontre
Date de naissance : 24/07/1996
Date d'inscription : 20/08/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 19 ans
Armes :
Surnom: Lolo
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Dim 27 Mai 2018 - 16:50







Regarder vers le futur
Feat Chaat



Je ne le regarde pas, bien sûr, tout en parlant. Je ne peux pas après tout. Va dire ce genre de chose en regardant quelqu’un dans les yeux. Je l’avais juste regardé un instant, ce qui m’avait suffit pour apercevoir son regard triste. Il est déçu ? Il voulait que je lui parle ? Mince… Mais je ne peux vraiment pas… Je n’ai pas envie de me rappeler de ma famille, de Soa et des hunters… Ils me hantent assez la nuit…
Je reprends mon arrachage d’herbe, inconsciemment, à nouveau perdu dans mes pensées.

Si j’avais su que la vengeance ne me permettrait pas de me sentir mieux, est ce que je l’aurais épargné ? Peut être que je n’aurais pas été poursuivi comme je le suis aujourd’hui. Ou bien au contraire, il aurait tenter de me retrouver coûte que coûte pour continuer ses expériences atroces sur moi. Je pousse un nouveau long soupir. Ou alors il se serait mit à torturer quelqu’un d’autre… J’ai bien fait de le tuer finalement. Je n’ai pas à regretter ça. Je glisse une main dans mes cheveux et pose mes coudes sur mes jambes pour poser ma tête dans mes mains.

- La vie peut-être parfois très cruelle… Mais je me dis qu’il faut passer par ces épreuves pour forger ce que nous sommes. Elles nous rendent plus fort en un sens. Enfin, c’est mon point de vue.

Plus fort ? Je tourne la tête pour l’observer et voit son sourire triste et son regard vague. Alors il n’était pas déçu que je ne lui dise rien. Mais il s’identifiait plutôt. Je ne savais pas. Il me comprend donc un peu ?

- Nous n’avons pas besoin de nous souvenir, mais juste de nous rappeler qui nous sommes. Le passé appartient au passé. A présent, regardons le futur. C’est le plus important.

Regarder vers le futur… Je souris ironiquement. Je ne pourrais faire ça qu’une fois que je serais sur que Soa va bien, je pense. Pour l’instant, le passé me hante et je ne pourrais pas tourner la page tant que je n’ai pas de nouvelles de mon frère. Qu’il soit mort ou vivant. Je veux juste savoir. Il me manque, et j’ai ce sentiment de vide qui ne m’annonce rien de bon… Comme si j’étais vraiment seul. Que ma famille avait été décimée sans que je ne puisse rien faire.

- Mais qui suis-je pour te dire ça ahah ! Mon frère est un enculé de première qui cherche à me tuer, mes parents sont des connards qui ont fait ce qu’est mon frère. Enfin, compliqué. J’ai failli mourir comme sacrifice pour un taré, j’ai déçu un nombre incalculable de gens… J’ai longtemps vécu seul à cause de ce que j’étais. Un sorcier.

Je le regarde à nouveau, surpris. Pourquoi me dit-il tout ça ? Il a confiance en moi ? Mais on ne se connaît pas ! J’espère que ce n’est pas sa stratégie pour me faire parler parce que, de toute façon, ça ne fonctionnera pas vraiment. Je regarde mes pieds. Je ne suis pas dans la même situation que lui alors je ne peux pas vraiment comprendre ce qu’il ressent.

- Votre frère est toujours vivant ?

Je ne comprends pas mais j’aimerais savoir comment il « regarde le futur » avec un passé aussi lourd que le sien. Parce que, sérieusement, je ne sais pas comment je peux faire. Je recroqueville mes jambes et enroule mes bras autour d’elles pour les serrer contre mon torse.

- Je ne comprends pas comment vous arrivez à regarder vers le futur avec tout ce qu’il vous est arrivé. Personnellement, je n’y arrive pas.

Je le regarde de coté, la tête posée sur mes bras. Attendant patiemment une réponse.

©️ Jawilsia sur Never Utopia


________________________


Lui:
 

J'écris en : #CC3333

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaat
Adminounet
Adminounet
avatar
Messages : 347
Age : 21
Localisation : In my dream
Date de naissance : 13/02/1997
Date d'inscription : 19/01/2013

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 119 canines
Armes :
Surnom: Minou
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Lun 28 Mai 2018 - 0:06


Fuyons le quotidien...

Le soleil pointait le bout de son nez et léchait le visage des deux personnages devant le pavillon sud qui semblait demeurer, pour le moment, dans un lourd silence. Chaat trouvait ce jeune homme triste et perdu. Il ne savait pas comment le lui dire et comment lui faire comprendre qu’il pouvait lui parler, qu’il n’avait rien à craindre. Après lui avoir fait remarquer qu’arraché l’herbe, c’est pas bien, Chaat joua un instant au philosophe de la vie. Il lâcha un petit discours qui lui sembla, même à lui, sortit tout droit d’un des livres qu’il avait pu lire lorsqu’il était enfant. Il s’étonna lui-même d’ailleurs. Ne pas penser au passé, vivre le présent et regarder le futur. Il avait toujours pensé comme cela. Il avait toujours pensé que ce n’était pas bon de rester sur ses erreurs passées, sur les évènements qui avaient pu faire ce que nous sommes. En outre, on s’en balance du passé. Il sert exclusivement à nous forger. Il l’avait dit, cependant, avec un peu plus de tac et de formes, évidemment. Il avait parlé de son frère, de ses expériences. Il en sentait le besoin. Il ne savait pas pourquoi mais il avait besoin d’en parler avec Loiz comme pour le persuader de quelque chose, comme pour lui prouver quelque chose. Mais il ne savait quoi. Il ne le connaissait pas assez pour répondre à cette question. Peut-être qu’un jour, il pourrait répondre à ces interrogations. Pour l’instant, il sentait le besoin de partager ce qu’il avait vécu avec Loiz. Il sentait le besoin de lui en parler, de le faire parler. Etait-ce son côté médecin qui prenait le dessus en sentant que le jeune homme n’allait pas forcément bien ? Il ne savait. Cela lui faisait une drôle de sensation dans la poitrine.

Puis, Loiz sembla s’intéresser à son discours. Il le regarda, enfin, Chaat sentit son regard contre sa joue. Il lui demande si son frère était encore en vie. En gros. Chaat réfléchit un instant. En réalité, il ne savait pas vraiment. Il ne l’avait pas revu depuis ce jour funeste où il l’avait venu à cet homme. Il n’avait pas franchement eu envie de le revoir non plus. Des années, des dizaines d’années même, étaient passées. Il doutait qu’il puisse être encore en vie mais son lien de jumeau semblait vouloir lui dire le contraire. Il grinça des dents un instant. Il ne savait pas.

_ Alors… J’en ai pas la moindre idée, j’espère que non. Il m’a fait vivre mille merdes. Si tu savais… C’est clairement à cause de lui si je suis ce que je suis actuellement. Mais au fond, je ne lui en veux pas tant que ça. Il a beau être un enfoiré de première, cela reste mon frère. Même si je n’ai plus vraiment eu de lien avec lui à partir de mes 3 ans… Dieu que ça remonte…

Il plongea un instant dans ses pensées, son frère prenant un espace important. Il aurait clairement voulu qu’il soit mort. Revivant le calvaire de son anniversaire des 3 ans. Revivant les années qu’il avait passé seul en à peine quelques secondes… Son visage s’assombrit un instant. Puis, il entendit Loiz lui posé une autre colle. Comment faisait-il pour ne pas regarder derrière lui, voir uniquement le futur. Chaat prit soin de préparer ce qu’il allait dire pour être le plus convaincant possible. Il tenta de trouver les mots justes et qui exprimaient le mieux ses pensées.

_ Regarder de l’avant, c’est un choix que tu fais au moment où tu en as marre d’être enfermé dans ce que tu es. Je sais pas si c’est très clair ça, ahah ! Disons que je me dis que c’est passé, que j’ai déjà vécu ces choses et que je n’ai pas besoin de m’éternisé plus dessus. Ҫa ne fait que remuer la me*** si tu vois ce que je veux dire. Ҫa n’apporte rien de plus à ta vie. Alors que le futur à tout à t’apporter. Tu ne sais pas de quoi ça va être fait, tu ne sais pas ce qui va t’arriver. C’est excitant en un sens ! Alors que le passé, c’est juste triste quoi. Tu arriveras à regarder devant au moment où tu te diras que tu n’es pas seul mais aussi que tu n’as besoin que de toi pour le faire. Ҫa va te faire un bien fou, crois moi. Mais il faut que tu choisisses d’abandonner ton passé en un sens. Pas complètement, évidemment. Mais il faut que tu arrives à passer outre, à laisser couler. Tu ne peux pas le changer, alors à quoi bon t’éternisé dessus. Tu vois ce que je veux dire ?

Il était partit dans un monologue et en avait oublié de choisir ses mots. Il espérait seulement que Loiz avait un tant soit peu compris ce qu’il essayait de lui faire passer. Mais il était clair que Sea, dans son cas, l’avait énormément aidé à trouver sa paix intérieure. En soit, peut-être avait-il également besoin de trouver quelqu’un qui puisse lui faire voir autre chose, qui lui procure des émotions nouvelles, ou simplement, qui l’aime. L’amour rend plus fort. Cela ne fait, aucun doute.






________________________


«Il faut vivre son rêve et non rêver sa vie.»

«Ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekuen-seruki.forumactif.com/t669-chaat-passe-la-porte-du
Loiz Klaus
Mutant Spieces
Mutant Spieces
avatar
Messages : 73
Age : 22
Localisation : Le lieu de rencontre
Date de naissance : 24/07/1996
Date d'inscription : 20/08/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 19 ans
Armes :
Surnom: Lolo
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Mar 29 Mai 2018 - 2:02







Ancré dans le passé
Feat Chaat



Je le regarde calmement, attendant patiemment sa réponse. Chaat est dans mon cas contraire. Son frère est un problème et il veut surement s’en débarrasser. Dans mon cas, je veux le retrouver, car il est la meilleure partie de moi. Sans Soa, je ne suis que mes défauts. C’est grâce à lui si je peux être quelqu’un de bien. Sans lui, j’en suis incapable.

- Alors… J’en ai pas la moindre idée, j’espère que non. Il m’a fait vivre mille merdes. Si tu savais… C’est clairement à cause de lui si je suis ce que je suis actuellement. Mais au fond, je ne lui en veux pas tant que ça. Il a beau être un enfoiré de première, cela reste mon frère. Même si je n’ai plus vraiment eu de lien avec lui à partir de mes 3 ans… Dieu que ça remonte…

Ce qui confirme ce que je pensais. Il est mon contraire. Si je veux me référer à lui, il faut que je remplace son frère par ce hunter… Mais lui, il est bien mort et enterré. J’y ai fait personnellement attention. Je ne sais pas comment il fait pour regarder vers le futur alors qu’il ne sait pas si son ennemi est toujours vivant et pourrait potentiellement lui pourrir encore la vie. Même sachant qu’il est mort je n’y arrive pas, alors vivant ? Je me recroqueville sur moi même et lui demande comment il fait indirectement.

- Regarder de l’avant, c’est un choix que tu fais au moment où tu en as marre d’être enfermé dans ce que tu es. Je sais pas si c’est très clair ça, ahah ! Disons que je me dis que c’est passé, que j’ai déjà vécu ces choses et que je n’ai pas besoin de m’éternisé plus dessus. Ҫa ne fait que remuer la me*** si tu vois ce que je veux dire. Ҫa n’apporte rien de plus à ta vie. Alors que le futur à tout à t’apporter. Tu ne sais pas de quoi ça va être fait, tu ne sais pas ce qui va t’arriver. C’est excitant en un sens ! Alors que le passé, c’est juste triste quoi. Tu arriveras à regarder devant au moment où tu te diras que tu n’es pas seul mais aussi que tu n’as besoin que de toi pour le faire. Ҫa va te faire un bien fou, crois moi. Mais il faut que tu choisisses d’abandonner ton passé en un sens. Pas complètement, évidemment. Mais il faut que tu arrives à passer outre, à laisser couler. Tu ne peux pas le changer, alors à quoi bon t’éternisé dessus. Tu vois ce que je veux dire ?

Je baisse les yeux, ayant écouté attentivement. Le moment où je me dirais que je ne suis pas seul ? Mais je suis seul ici... Passer outre… Abandonner Soa… Je resserre mes bras autour de mes jambes, mon coeur me faisant mal. Le seul qui me raccroche au passé c’est mon frère jumeau. Ce qui veut dire que si je veux m’en détacher, je dois arrêter de chercher Soa. C’est impossible. Je ne peux pas faire ça. Je ne peux pas l’abandonner, cela me hanterait encore plus !

- Mais si quelque chose de vivant et d’important me raccrochait au passé. Je ne peux pas l’abandonner. Je ne sais pas s’il a survécu. On s’est promis de se retrouver ici… Tant que je ne sais pas, je ne peux pas faire une croix sur le passé.

Je soupire. Et puis, il ne me laisse pas trop le choix. Il me hante jour et nuit. Je ne peux pas contrôler ces cauchemars atroces. Je n’ai pas envie de me souvenir mais ces rêves me forcent et ramènent à ma pauvre réalité. Je tourne la tête et remarque le chat qui est revenu près de l’homme pour demander des caresses. Je vais éviter, son refus de tout à l’heure m’a suffit.

- Il vous aime beaucoup.

©️ Jawilsia sur Never Utopia


________________________


Lui:
 

J'écris en : #CC3333

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaat
Adminounet
Adminounet
avatar
Messages : 347
Age : 21
Localisation : In my dream
Date de naissance : 13/02/1997
Date d'inscription : 19/01/2013

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 119 canines
Armes :
Surnom: Minou
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Jeu 31 Mai 2018 - 1:27


Fuyons le quotidien...


Assit un tailleur sur le rebord du trottoir, il regardait le ciel en imaginant de quoi pourrait être fait demain. Il avait Sea mais ne savait toujours pas de quoi cela pourrait être fait. Il avait rencontré ce jeune homme qui lui semblait perdu et avait amorcé la conversation. Cela avait tourné en une conversation plutôt philosophique sur la vie. Loiz ne comprenait pas comme Chaat pouvait regarder de l’avant et Chaat ne comprenait pas pourquoi Loiz restait enfermer dans ses souvenirs.  Il ne savait pas vraiment comment lui faire comprendre ce qu’il ressentait, ce qu’il pensait. Il ne savait pas comme lui expliquer comment il avait lui-même agit pour se trouver des amis, un amant, et surtout, la joie de vivre. Quand il observait Loiz, il avait juste l’impression qu’il se forçait à vivre. Il avait juste l’impression que Loiz subissait la vie, qu’il ne la croquait pas à pleine dent comme il aurait fallu le faire. Il ne savait pas comment lui y donner goût. Cela se révélait quelque chose de complexe.

Il se lança donc dans des explications variés et complexe. Au début, il avait voulu que son discours soit formé, cohérent et surtout, qu’il ait les mots justes. Pour, au bout de deux phrases à peine, il avait déjà perdu cela et disait des choses sans réflexions. Tout le contraire de ce qu’il voulait à la base. Génial. Et cela c’était vu dans le regard et dans l’attitude du jeune homme assit à côté de lui. Il avait baissé les yeux et avait semblé tombé dans un conflit intérieur. Comme s’il avait prit au mot pour mot les paroles de Chaat et avait tenté de s’appliquer cela à sa propre vie. Pourtant, le médecin le savait, il ne pouvait appliquer au mot pour mot cette façon de penser. On oublie jamais  son passé… Mais il faut essayer de le mettre de côté pour continuer à vivre. C’est ce qu’il avait tenté de faire passer dans son discours, mais il ignorait si cela était passé comme il l’avait voulu. Si bien, qu’après avoir pensé cela, il entendit Loiz lui poser une sorte de question avec une voix assez étrange. On aurait presque dit qu’il avait eu comme le souffle coupé, ou cela était peut-être une impression. Si quelque chose le liait au passé ? Mais tout le monde est lié au passé. Même Chaat l’était. Il soupira ensuite en même temps que Loiz. Mais probablement pas pour les mêmes raisons. Son soupirs était plus réfléchit, il réfléchissait.

_ Je ne te dis pas de faire une croix sur ton passé. Mais de laisser couler. Evidemment, beaucoup de choses te raccroche à ton passé. Moi aussi en un sens. Je fais partit de ton passé ! Après, tout est question de point de vue. Mais si quelque chose de vivant auquel tu tiens te raccroche au passé, garde-le. A aucun moment je ne t’ai parlé de tiré une croix complète sur ce qui a pu faire ce que tu es. J’ai du mal m’exprimer, excuse moi.

Il se mit à réfléchir un instant, cette fois tentant de trouver les bons mots.

_ Je reprends. Disons qu’il faut que tu imagines ta vie comme un livre. Tu regardes le plat, c’est ta naissance, tu regardes le dos, c’est ta mort. Je schématise évidemment. A l’intérieur, les pages font son contenu. Quand tu lis un livre, tu tournes les pages mais tu te souviens toujours de ce qui s’est passé avant et pourtant, cela ne t’empêche pas de continuer à tourner les pages pour connaitre la suite. Ainsi, les pages précédentes deviennent presque… inutiles en un sens. Elles t’ont apporté ce qu’elles devaient t’apporter, point. Mais tu ne reviens pas en arrière pour relire du début. Comme si tu ne pouvais pas y retourner. Tu vois maintenant ? Tu ne tires pas un trait sur les pages précédentes, mais les pages qui suivent sont nettement plus intéressantes.

Chaat avait croisé ses jambes, les coudes contre ses genoux et le chat vint se caler entre, là où il était précédemment. Il entendit Loiz lui dire que ce chat l’aimait beaucoup. Chaat sourit en regardant le matou qui venait de s’endormir doucement. Il prit la main du blanc lentement et la posa sur le chat, l’incitant à l’approcher.

_ N’aie pas peur.





________________________


«Il faut vivre son rêve et non rêver sa vie.»

«Ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekuen-seruki.forumactif.com/t669-chaat-passe-la-porte-du
Loiz Klaus
Mutant Spieces
Mutant Spieces
avatar
Messages : 73
Age : 22
Localisation : Le lieu de rencontre
Date de naissance : 24/07/1996
Date d'inscription : 20/08/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 19 ans
Armes :
Surnom: Lolo
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus] Jeu 31 Mai 2018 - 18:37







Moment câlin
Feat Chaat



Le passé. C’est quelque chose de très complexe. Tu ne sais jamais vraiment quoi faire avec. Il arrive souvent qu’on regarde en arrière et qu’on voit toutes les actions qu’on a fait et qu’on regrette. Mais à ce moment, l’ignorance ne nous permettait pas forcément de faire les bons choix. C’est maintenant que je suis là que je me rends compte qu’il y a des choses que j’aurais fait différemment. Je me serais tué avant qu’ils ne m’emmènent. Je ne les aurais pas laisser me faire toutes ces choses qui m’ont transformé à jamais. Je voudrais ne plus y penser. Je voudrais retourner en arrière et sauver ma famille. Pour que tout cela ne soit jamais arrivé. Si ce n’était pas arrivé, je n’aurais aucun problème à me faire des amis. Je n’aurais pas cette peur de perdre à nouveau quelque chose. Mais c’est impossible...on ne peut pas remonter le temps...alors je me contente d’essayer d’oublier. Mais l’absence de Soa à mes cotés m’y ramène toujours.

- Je ne te dis pas de faire une croix sur ton passé. Mais de laisser couler. Evidemment, beaucoup de choses te raccrochent à ton passé. Moi aussi en un sens. Je fais parti de ton passé ! Après, tout est question de point de vue. Mais si quelque chose de vivant auquel tu tiens te raccroche au passé, garde-le. A aucun moment je ne t’ai parlé de tirer une croix complète sur ce qui a pu faire ce que tu es. J’ai du mal m’exprimer, excuse moi. 

Je fixe un point dans l’herbe et remarque un petit insecte. Une croix sur le passé… C’est justement ce que je voudrais faire… Tout oublier, ne me concentrer que sur maintenant. Je n’aime pas ce que je suis devenu. Je suis distant, froid et désagréable. J’ai tellement peur d’être blessé que je suis devenu quelqu’un de faible. Cette faiblesse m’agace mais me protège tellement de tout ce qui me blesse. Alors je m’en contente. Même si cela déplait à certaines personnes.

- Je reprends. Disons qu’il faut que tu imagines ta vie comme un livre. Tu regardes le plat, c’est ta naissance, tu regardes le dos, c’est ta mort. Je schématise évidemment. A l’intérieur, les pages font son contenu. Quand tu lis un livre, tu tournes les pages mais tu te souviens toujours de ce qui s’est passé avant et pourtant, cela ne t’empêche pas de continuer à tourner les pages pour connaitre la suite. Ainsi, les pages précédentes deviennent presque… inutiles en un sens. Elles t’ont apporté ce qu’elles devaient t’apporter, point. Mais tu ne reviens pas en arrière pour relire du début. Comme si tu ne pouvais pas y retourner. Tu vois maintenant ? Tu ne tires pas un trait sur les pages précédentes, mais les pages qui suivent sont nettement plus intéressantes.

Je pose mon regard sur lui. Un livre, hein. Il a raison. Je vois très bien de quoi il parle. Mais cela reste compliqué. Il croise les jambes pour poser ses coudes sur ses genoux et le chat vient se caler entre elles. Je suis un peu jaloux, j’aimerais avoir un lien avec les animaux mais je leur fais plus peur qu’autre chose. Je lui fait donc remarquer que ce chat semble l’apprécier particulièrement et il prend ma main pour la diriger vers le chat. Je le regarde peu sûr que ce soit une bonne idée.

- N’aie pas peur.

Alors je ne dis rien et le laisse guider ma main. Celui ci, ouvre un œil et m’observe sans bouger sa tête et la lève une fois que je le touche. Je suis surpris. Il ne me griffe pas et ne part pas. C’est une première. Peut être est-ce la présence de Chaat qui me permet de faire ça. Je me mets alors à le caresser doucement et un petit sourire se dessine sur mon visage. C’est doux. Je retiens mon souffle, n’osant prononcer un mot. J’ai peur que si je me mets à parler, le chat se réveille et parte. Je continue de le caresser silencieusement et me détend, les ronrons du chat ayant démarré. Je suis satisfait de cette situation. Je ne veux plus bouger et rester là jusqu’à ce que le chat en ait marre.

©️ Jawilsia sur Never Utopia


________________________


Lui:
 

J'écris en : #CC3333

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus]

Revenir en haut Aller en bas

Fuyons le quotidien... [PV Loiz Klaus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sekuen-Seruki :: .: Extérieur de l'école :. :: Pavillon Sud-
Tu peux modifier le cadre, le bouton du profil masqué et tout le reste juste avec les 4 codes CSS que je t'es mis.